Logo Université Laval Logo Université Laval

 Personnel 

Personnel

Chantal Hébert

Professeure titulaire

Pavillon Louis-Jacques-Casault, bureau 4423
Téléphone : 418 656-2131, poste 3222
Télécopieur : 418 656-2991
Chantal.Hebert@lit.ulaval.ca

Enseignement

Histoire du théâtre, théâtre québécois, œuvre de Robert Lepage, formes populaires du spectacle, travail vocal, approche systémique, théories de la complexité

 

Recherche, création

Membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ)

Chantal Hébert enseigne au programme d’études théâtrales. Elle est spécialiste du théâtre québécois et a consacré ses plus récentes recherches aux écritures dramatiques et scéniques contemporaines. Seule ou en collaboration, elle a publié plusieurs ouvrages et articles dont un grand nombre portent sur le théâtre de l’image et l’œuvre de Robert Lepage dont elle est spécialiste.  Elle est aussi l’auteure de deux ouvrages consacrés au théâtre burlesque (1989, 1981), dont l’un lui a valu le prix Ann Saddlemeyer décerné, en 1990, par l’Association d’histoire du théâtre au Canada.

Domaines de recherche

Écriture dramatique et scénique actuelle, théâtre de Robert Lepage, processus de création, formes populaires du spectacle,  approche systémique, approche ethnologique,  théories de la complexité

Projets de recherche

  • « Mise au point d’une approche méthodologique pour l’étude du théâtre actuel », avec Irène Perelli-Contos, CRSH, 2008-2010.
  • « Un théâtre d’opérations : étude du phénomène d’hybridation dans la scénographie actuelle », avec Irène Perelli-Contos, CRSH, 2002-2005.

Publications récentes

  • « Le lieu de l'activité poétique de l'auteur scénique. À propos du Projet Andersen de Robert Lepage », sous la dir. de Shawn Huffman et Lucie Robert, en collaboration avec Voix et images, Québec, Presses de l'Université du Québec, 2014, p.47-67. Réédition d'un article paru en 2009.
  • « Le lieu de l’activité poïétique de l’auteur scénique. À propos du Projet Andersen de Robert Lepage », Voix et Images, vol. XXXIV, no 3 (102), printemps-été 2009, p. 21-40.
    L’intérêt de cette étude réside dans le choix de se situer en amont du spectacle de Robert Lepage. Partant d’une définition de l’écriture scénique, l’étude analyse l’étape du travail de création où se forme la vision de l’auteur, distincte, en cela de celle du metteur en scène, même si l’une et l’autre s’incarnent dans la même personne et se nourrissent mutuellement. L’analyse du processus créateur appelle de nouveaux outils méthodologiques.
  • « Le Projet Andersen : Au carrefour de la Toile et du conte », Le monologue contre le drame, sous la dir. de  Françoise Dubor et de Françoise Heulot-Petit, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 167 à 179.
  • « Les entrelacs du bricolage et de la complexité dans le théâtre actuel », Des mondes bricolés ? Arts et sciences à l’épreuve de la notion de bricolage, sous la dir. de Françoise Odin et Christian Thuderoz, Lausanne, Presses polytechniques universitaires romandes, 2010, p. 113-128.  
  • « Robert Lepage et l’art de la transformation », dans Le théâtre et l’architecture, sous la dir. de Jacques Plante, Publications du Québec, 2010, p. 18-22.
  • «  La face cachée de la lune ou la face cachée du sujet », L’Annuaire théâtral, Montréal, CRCCF/SQET,  no 41, 2007, p. 161 à 173.
    Cet article examine le quatrième solo de Robert Lepage, La face cachée de la lune, d’un point de vue systémique et sur la base du paradigme de la complexité. L’étude cherche à montrer comment Lepage parvient, d’une part, à représenter la figure composite du Sujet contemporain et, d’autre part, à lier le Soi et l’Autre.
  • Codirection avec Irène Perelli-Contos, de l’ouvrage collectif La narrativité contemporaine au Québec. 2. Le théâtre et ses nouvelles dynamiques narratives, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004, 313 p.
    Cet ouvrage examine les nouvelles formes textuelles et scéniques qui ont fait leur apparition dans les années 1980 et 1990 au Québec. La douzaine de textes rassemblés convoquent sous différents angles le fait narratif pour tenter de mieux cerner comment raconte le théâtre actuel, et ce, en dépassant la problématique du postmodernisme.
  • Chantal Hébert, Irène Perelli-Contos, La face cachée du théâtre de l’image, Québec/Paris, Presses de l’Université Laval/L’Harmattan, 2001, 202 p.
    Tout en s’appuyant sur certaines des créations de Robert Lepage, c’est une réflexion plus vaste sur le « théâtre de l’image » qui est proposée. Les conclusions formulées peuvent être étendues à plusieurs œuvres contemporaines, tant scéniques que dramatiques, représentatives d’un nouveau paradigme de la pensée : la pensée complexe.